Et si l’on commençait par modifier notre perception de ce qui nous entoure pour aller mieux ou du moins s’alléger ?

La pensée positive ne se résume pas à se voiler la face. Il ne s’agit pas non plus d’une méthode abstraite qui promet le bonheur éternel. Au contraire, c’est un véritable mode de vie.

Modifier sa perception des événements Au bureau, quand votre n+1 ou votre collègue vous lance une critique négative, il est probable que cette crique vous touche et vous emmène à ruminer toute la journée. La pensée positive permet ici de ne pas se focaliser sur ce seul événement, mais plutôt de se rappeler toutes ces autres fois, où vos actions ont été saluées. En modifiant votre perception, la méthode vous oblige à retenir le positif de chaque situation, à relativiser, mais aussi à ne pas dépenser de l’énergie inutilement.

Redevenir bienveillant la pensée positive permet de gagner en bienveillance, de vous laisser le droit à l’erreur, de vous auto-féliciter de petites réussites du quotidien et d’accepter le compliment des autres. Cette bienveillance s’applique aussi aux autres. « Être positif augmente le sentiment de gratitude vis-à-vis de l’entourage. Les bienfaits sont multiples, on se sent mieux et on a plus confiance en l’avenir ».

Se donner un cadre de vie La pensée positive impose un cadre de vie. Pour garder son optimisme, il convient de se fixer des objectifs, de mener à bien ses projets , s’organiser, sortir de sa routine. Ainsi, L’un des axes majeurs de la pensée positive est de se projeter. Se donner des objectifs est essentiel afin d’avancer. Transformer ses rêves ou ses envies en réalité est très gratifiant et provoque un véritable sentiment d’accomplissement. » En parallèle, il est indispensable de conserver une bonne hygiène de vie. Adopter un rythme de sommeil régulier, être en phase avec ses besoins et manger équilibré aide à être mieux dans son corps et dans son esprit.

Comment appliquer la pensée positive au quotidien ?    Il est primordial, de commencer par prévoir un emploi du temps qui inclut des périodes de pause, que ce soit au travail ou à la maison. « Ce moment à soi permet de se recentrer sur l’instant présent et de faire retomber la pression. Au bureau, on opte pour des tranches de cinq minutes, trois fois par jour. Le week-end, on privilégie des pauses plus longues, pour développer des projets personnels ou faire une activité qui plaît ». On peut aussi s’endormir sur le mode positif : « Le soir, toujours se rappeler trois souvenirs positifs de notre journée, qu’importe la nature du moment. L’important est de s’endormir apaisé afin que le cerveau enregistre ce sentiment de bien-être et de gratitude ». Inutile de se focaliser sur les idées négatives et d’essayer de les chasser. Quand cela arrive, mieux vaut simplement revenir sur des moments de bonheur. On entraîne ainsi notre inconscient à ne retenir que les bons moments.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.